Les constellations

LES CONSTELLATIONS

Mis à jour: 1996

Par: Laurence Rocheleau et Denis Pagé

Table des matières…

Par une belle nuit d’été à la campagne, il est surprenant de constater combien le ciel est couvert d’étoiles: il y en a des milliers! Malgré ce fait, il est possible d’identifier la plupart de ces étoiles grâce à l’apprentissage des constellations.

Il y aurait environ 7646 étoiles visibles pour les deux hémisphères et donc, pour notre hémisphère, la moitié de ces étoiles serait visible. Toutefois, l’on ne voit que 2600 étoiles à cause de la forte absorption de la lumière des astres près de l’horizon et à cause également de la pollution lumineuse.

Mais de quoi sont donc constituées les constellations et à quoi ressemblent-elles? Ce sont tout simplement des groupements d’étoiles reliées par des lignes imaginaires. On a donné des noms aux constellations selon leur forme d’humain, d’animal ou d’objet et ces noms proviennent très souvent de la mythologie grecque.

On a mis à jour jusqu’à maintenant 88 constellations. Celles-ci sont réparties en constellations australes, équatoriales ou boréales. Ces deux dernières sont celles qui nous intéresseront le plus puisque ce sont celles qui sont le plus facilement observables de notre hémisphère.

Si l’on regarde le Soleil le 1er mai par exemple, on le verra dans la constellation du Bélier. Le Bélier et les constellations voisines ne pourront être observées en cette saison, car elles ne se trouvent au-dessus de l’horizon que pendant la journée.

Un mois plus tard, soit le 1er juin, le spectacle aura déjà changé et l’on pourra voir le Soleil dans la constellation du Taureau. Ainsi donc, le Soleil semble passer d’une constellation à l’autre selon une certaine trajectoire . La ligne imaginaire de l’écliptique occupe le milieu de cette trajectoire appelée bande zodiacale. L’écliptique passe par les douze constellations du zodiaque, lesquelles offrent toute l’année durant une magnifique danse céleste.

Même si depuis la plus haute antiquité les hommes se sont avant tout intéressés aux constellations se trouvant sur l’écliptique, il existe de nombreuses autres constellations toutes aussi intéressantes. Comment les reconnaître n’est pas aussi difficile qu’on pourrait le croire.

Il faut tout d’abord un peu de patience, de bonnes cartes des constellations ou un cherche- étoiles. Le cherche-étoiles sera bien pratique pour le débutant. Il est constitué d’une carte mobile du ciel nocturne sur laquelle sont dessinées toutes les constellations visibles durant l’année.

En tout premier lieu, il est facile de reconnaître les constellations dites circumpolaires: ce sont celles que l’on peut observer en toute saison. Ces constellations sont constituées de la Grande Ourse, de la Petite Ourse, du Dragon, de la Girafe, de Cassiopée, du Lynx et de Céphée.

LES CONSTELLATIONS CIRCUMPOLAIRES

La Grande Ourse

L’une des plus grandes et des plus faciles à identifier parmi les constellations circumpolaires est sans contredit la Grande Ourse.

Celle-ci a la forme d’un chariot ou d’une grande casserole et elle contient au moins 7 brillantes étoiles. La ligne qui joint les étoiles Dubhe et Merak, soit du côté droit de la casserole, indique la direction de l’étoile Polaire. Cette dernière, comme on le verra ultérieurement, fait partie de la Petite Ourse.

Dubhe est quant à elle l’étoile la plus brillante de la Grande Ourse et elle est située à 142 années- lumière de la Terre. Dubhe est en fait une étoile double. D’un autre côté, Mizar et Alcor, situées dans la poignée de la casserole, sont des étoiles assez complexes. Ce sont des binaires spectroscopiques situées à 80 années-lumière de nous.

On retrouve également dans la Grande Ourse deux galaxies importantes portant les numéros 81 et 82 au catalogue Messier. Ce catalogue, comme on s’en doutera, contient toutes les galaxies qui furent répertoriées par l’astronome Charles Messier.

La Petite Ourse

La Petite Ourse possède une forme ressemblant à celle de la Grande Ourse mais en plus petit.

Sa principale étoile est celle que l’on appelle l’étoile Polaire. Celle-ci se trouve à moins d’un degré du pôle nord céleste et est en fait une étoile géante située à 470 années-lumière de la Terre.

La position de l’étoile Polaire se modifie au cours des siècles en raison de la précession du pôle terrestre. En plus d’être une géante, l’étoile Polaire est également une étoile variable dont la brillance varie dans une période de 32 jours.

Chaque soir, il est à remarquer que la Petite Ourse ainsi que les autres constellations semblent occuper plusieurs positions célestes. Ceci est dû en fait à la rotation de la Terre sur son axe et autour du Soleil.

Le Dragon

Entre les deux Ourses serpente la constellation du Dragon. Seules 4 de ses 12 étoiles sont assez brillantes pour aider l’observateur à s’orienter.

La principale étoile du Dragon se nomme Thouban. Elle a une étoile compagne qui accomplit en 51 ans une révolution autour d’elle. Thouban est située à 220 années-lumière de la Terre.

Cassiopée

Si l’on trace une ligne imaginaire en partant de la Grande Ourse vers l’étoile Polaire et de là, que l’on poursuit dans la même direction cette ligne imaginaire, on trouve alors dans la Voie Lactée, les 5 brillantes étoiles formant la constellation de Cassiopée.

Cette constellation a une forme caractéristique, laquelle fait penser à la lettre W. Il est à remarquer que c’est en 1572 qu’apparut dans Cassiopée la supernovae observée par l’astronome Thycho Brahé.

Eta Cassiopée est un couple d’étoiles très coloré soit une jaune et une rouge. Cassiopée comporte également plusieurs amas ouverts.

Céphée

Entre Cassiopée et le Dragon se trouve Céphée. Cette constellation, qui n’est pas très visible, fait penser à un dessin d’enfant représentant une petite maison avec un toit.

Dans Céphée, on peut remarquer 5 étoiles de moyenne brillance; cette constellation comprend également plusieurs étoiles variable ou doubles ainsi que des amas.

La Girafe

Quand ils parlent de la constellation de la Girafe, les astronomes disent volontiers qu’elle se trouve là où il n’y a rien.

Ceci est vrai en partie puisqu’entre la constellation du Cocher et l’étoile Polaire se trouve une région d’aspect assez vide.

Ce fut en 1624 qu’un certain astronome baptisa cet endroit du nom de la Girafe.

Dans cette constellation, deux étoiles seulement sont visibles à l’oeil nu. Il s’agit de Alpha, située à 3300 années-lumière de la Terre et de Bêta, une supergéante distante de 1700 années-lumière.

Le Lynx

Le Lynx est une autre constellation constituée d’étoiles de très faible brillance et on ne peut les trouver que quand les conditions d’observation sont particulièrement favorables.

Le Lynx se situe entre les Gémeaux et la Grande Ourse. On y retrouve entre autres, une étoile géante rouge, soit Alpha. Celle-ci n’est qu’à 172 années-lumière de la Terre et si elle était située à 10 parsecs de nous, elle aurait l’éclat de l’étoile Rigel (const. d’Orion). Un parsec est équivalent à 3,26 années-lumière.

LES CONSTELLATIONS DU PRINTEMPS

Lors de la saison du printemps, un triangle caractéristique formé par les étoiles Arcturus du Bouvier, Spica de la Vierge et Régulus du Lion, aidera l’astronome amateur dans son orientation du ciel. Ce triangle céleste a été appelé par les astronomes le triangle d’orientation du printemps.

Le Bouvier

Pour trouver le Bouvier, on prolonge la queue de la Grande Ourse par un arc se prolongeant jusqu’à l’équateur céleste. La constellation du Bouvier a une forme ressemblant à celle d’un cerf-volant. Elle est surtout connue grâce à une étoile brillante appelée Arcturus. Cette étoile a un diamètre équivalent à 23 diamètres solaires et est située à 35 années-lumière de nous.

Le Bouvier comprend plusieurs étoiles doubles ou triples. Izar, par exemple, est en fait une géante jaune composée d’un système de 3 étoiles.

Le Lion

La constellation du Lion est facile à identifier grâce à un groupe d’étoiles formant un dessin caractéristique de faucille ou de point d’interrogation inversé.

Une ligne imaginaire reliant les étoiles Dubhe et Merak de la Grande Ourse nous donnera la direction du Lion si l’on prolonge cette ligne vers le Sud (voir le Bouvier).

Le Lion se trouve sur la partie descendante de l’écliptique et il fait plutôt partie des constellations équatoriales. On peut facilement l’observer dans notre hémisphère au printemps.

L’étoile la plus brillante du Lion est Régulus; elle est située à 68 années-lumière de la Terre. Plusieurs nébuleuses anagalactiques font partie du Lion dont Messier 65, 66, 95 et cette belle galaxie spirale qu’est Messier 96.

Le Petit Lion

Le Petit Lion est vraiment quant à lui une constellation boréale. Par contre, sa forme est assez mal définie.

Cette constellation figura pour la première fois dans un livre d’astronomie en l’an 1690. Ce volume fut écrit par Jean Hévélius.

Le Petit Lion se compose de plusieurs étoiles faibles placées au-dessus de la tête du Lion. Pour le trouver, il faut regarder entre la Grande Ourse et le Lion (voir la Grande Ourse et le Lion).

La Vierge

La constellation de la Vierge est considérée comme une constellation équatoriale. Vu qu’elle est facilement observable de notre hémisphère et qu’elle sert de repère pour l’identification des autres constellations, nous allons étudier de plus près cette constellation printanière.

La Vierge se trouve surtout en prolongeant une ligne imaginaire passant par la queue de l’Ourse et l’étoile Arcturus du Bouvier. Si on prolonge cette ligne vers le Sud, on arrive alors sur l’étoile principale de la Vierge: Spica. Celle-ci est une variable à éclipses.

Quant à l’étoile Vindemiatrix, située au sommet de cette constellation, son lever précoce était le signe du début des vendanges dans la Rome ancienne: c’est une géante jaune distante de 93 années-lumière.

La Vierge contient un grand nombre de galaxies lointaines dont plusieurs sont visibles dans un télescope même moyen.

LES CONSTELLATIONS D’ÉTÉ

Durant la saison estivale, la bande argentée de la Voie Lactée sera un guide précieux dans la recherche des constellations.

Pour l’hémisphère boréal, on recherchera tout d’abord un groupe d’étoiles appelé le triangle d’orientation d’été. Il est formé par les étoiles Vega de la Lyre, Deneb du Cygne et Altaïr de l’Aigle.

La Lyre

La Lyre est une petite constellation et elle possède une forme caractéristique de parallélogramme. Elle est bien reconnaissable grâce à sa brillante étoile bleutée Vega: c’est la plus brillante étoile du ciel d’été.

La Lyre se trouve en dehors de la bande la plus lumineuse de la Voie Lactée,mais dans une zone encore très riche en étoiles. On peut trouver dans la Lyre une belle nébuleuse planétaire en forme d’anneau et appelée par les astronomes, Messier 57.

Le Cygne

Dans la constellation du Cygne, l’étoile Deneb se trouve sur la queue du Cygne, qui ses ailes déployées s’envole vers le Sud, le long de la Voie Lactée.

Les étoiles du Cygne possèdent la forme d’une grande croix et Deneb, l’étoile placée au sommet de cette croix, est la plus brillante de la constellation.

Albireo est quant à elle une belle étoile double, visible dans un petit télescope.

On trouve au nord-est du Cygne, une belle nébuleuse appelée la «North America» (NGC 7000). Cet objet céleste fut ainsi nommé à cause de sa forme ressemblant à celle de l’Amérique du Nord.

L’Aigle

L’Aigle est une petite constellation équatoriale. Elle est un guide pratique permettant de retrouver les constellations boréales et c’est pourquoi il est bien utile de la connaître.

L’Aigle se trouve sur la Voie Lactée, en-dessous du Cygne et à l’ouest de celui-ci le soir. La principale étoile se nomme Altaïr et la constellation ne montre en fait que 3 étoiles de moyenne brillance alignées en un trait oblique.

Le Petit Renard

Dans une zone au sud du Cygne, on trouve la constellation du Petit Renard. Cette constellation est peu importante puisqu’on y trouve en fait qu’une seule étoile assez brillante: Anser.

Par contre, un objet céleste des plus intéressants est à observer dans le Renard: il s’agit de Messier 27, une belle nébuleuse planétaire. Les astronomes la surnomment Dumbell à cause de sa forme ressemblant à celle d’haltères (voir le Cygne).

Le Lézard

Entre les constellations du Cygne et d’Andromède se trouve le Lézard. Cette constellation fut en vérité portée sur les cartes célestes afin de remplir une zone dépourvue d’étoiles brillantes.

Le Lézard contient peu d’étoiles et il a une forme de ligne brisée mal définie. De plus, il est assez difficile à repérer (voir Pégase).

Le Lézard ne contient pas d’objets célestes visibles à l’oeil nu. Ce pendant, au cours de ce siècle, plusieurs novae y ont été observées et particulièrement dans les années 1910 et 1950.

La Flèche

On trouve aussi au sud du Cygne, la petite constellation fort ancienne de la Flèche.

Elle se situe dans la Voie Lactée, au nord de l’étoile Altaïr de l’Aigle où, selon la légende, la Flèche rappelle la lutte d’Hercule contre le vautour.

L’étoile principale a pour nom Sham et c’est une supergéante. La Flèche ne contient qu’un amas ouvert relativement brillant.

C’est en montagne et par les nuits sans Lune qu’on peut le mieux observer cette constellation.

Hercule

On trouve la constellation d’Hercule non loin de l’étoile Vega de la Lyre et sous la tête du Dragon. On peut aussi la trouver entre la Couronne Boréale et la Lyre. L’alignement d’Hercule fait penser à la lettre K inversée.

L’étoile principale d’Hercule a pour nom Ras Algethi. C’est une géante rouge dont le diamètre égale 800 fois celui du Soleil. Il s’agit en fait d’une étoile double dont l’autre composante est également une géante.

Hercule contient un bel amas globulaire nommé Messier 13. Celui-ci se trouve juste à la limite de visibilité de l’oeil et contient un nombre incroyable d’étoiles. Messier 13 est situé à environ 25000 années-lumière de la Terre.

Hercule compte également un autre amas globulaire. Il s’agit de Messier 92, lequel est plus petit et plus concentré que Messier 13.

La Couronne Boréale

Entre Hercule et le Bouvier se trouve la constellation de la Couronne Boréale. Celle-ci est petite, mais de forme bien délimitée. En effet, 7 étoiles se rassemblent ici pour former une sorte de diadème.

Gemma (aussi appelée La Perle ou Alphecca) est l’étoile la plus brillante de ce groupe d’étoiles et l’étude de son spectre a démontré qu’une étoile compagne tourne autour d’elle en une période de 14 jours.

LES CONSTELLATIONS D’AUTOMNE

Pégase

Durant la saison automnale, on peut se guider sur le grand carré formé par la constellation de Pégase pour s’orienter parmi les étoiles.

La constellation de Pegase se trouve en dehors de la Voie Lactée et c’est pourquoi ses étoiles se détachent si nettement sur le ciel sombre.

La plus brillante étoile de Pegase a pour nom Markab et elle se situe sur le coin inférieur droit du grand carré céleste. Markab est distante de nous de 102 années-lumière.

Pegase contient également un amas globulaire, Messier 15, de même que de lointaines galaxies.

Andromède

Si l’on poursuit une ligne imaginaire partant de l’étoile située au coin supérieur gauche du carré de Pegase et qu’on se dirige vers l’est, on arrive alors sur la constellation d’Andromède.

Cette constellation contient en fait 3 brillantes étoiles dont les noms sont d’origine arabe. Il s’agit de Alpheratz, de Mirach et d’Almach.

Almach est une belle étoile double aux couleurs contrastées d’orange et de bleu.

Quant à Mirach, elle aidera l’observateur à trouver une belle galaxie s’il poursuit à partir de cette étoile une ligne imaginaire vers le nord-ouest.

Cette galaxie, Messier 31, est située à plus de 2 millions d’années-lumière de nous. On peut aussi l’apercevoir à l’oeil nu par les nuits très claires.

Persée

Si l’on trace une ligne imaginaire partant de l’étoile Alamak et que l’on poursuit cette ligne vers l’est, on arrive alors sur les étoiles formant la constellation de Persée.

A l’oeil nu, cette constellation a la forme d’un demi-cercle auquel s’ajoutent quelques lignes droites. Quant à l’étoile Algol, c’est une binaire à éclipses, c’est-à-dire qu’elle change d’éclat selon une certaine période. Pour Algol, la période est d’environ 3 jours.

L’étoile principale se nomme quant à elle Mirfak: c’est une supergéante distante de 470 années-lumière. On trouve aussi dans Persée, de magnifiques amas ouverts observables à l’oeil nu ou aux jumelles ainsi qu’une nébuleuse gazeuse.

Le Triangle

La constellation du Triangle se trouve sous la constellation d’Andromède ainsi que du côté sud-est de Persée.

Les trois étoiles quelque peu brillantes de cette petite constellation forment une sorte de triangle allongé.

La principale étoile est une naine située à 64 années-lumière de nous. De plus, le Triangle contient un objet céleste tout à fait remarquable: il s’agit de la grande nébuleuse spirale Messier 33. C’est une galaxie que l’on peut observer à l’oeil nu par les nuits très claires.

Le Bélier

Sous la constellation du Triangle, la constellation du Bélier sera facilement repérable. C’est une constellation formée d’étoiles de moyenne brillance: Hamal, Sheratan et Mesarthim sont les plus brillantes. Hamal est une géante tandis que Mesarthim est une magnifique étoile double.

LES CONSTELLATIONS D’HIVER

Le ciel d’hiver se caractérise surtout par la constellation équatoriale d’Orion dont les étoiles les plus brillantes forment un grand rectangle. Orion sera d’un atout précieux dans la recherche des constellations boréales.

Le Cocher

Au nord d’Orion et à l’est de Persée, brille l’une des plus brillantes étoiles du ciel hivernal: Capella du Cocher.

Le Cocher est une constellation très étendue ayant une forme caractéristique de Pentagone. Quant à sa principale étoile, Capella, appelée aussi la Chèvre, c’est une géante accompagnée d’une binaire spectroscopique. Capella est située à 45 années-lumière de la Terre.

On trouve dans le Cocher de nombreux amas ouverts comme les Messier 36, 37 et 38.

Les Gémeaux

La direction des Gémeaux sera indiquée par les étoiles Rigel et Bételgeuse de la constellation d’Orion. En effet, si l’on trace une ligne imaginaire entre ces deux étoiles et que l’on poursuit cette ligne vers le nord- est, on atteindra alors facilement les Gémeaux, constellation très étendue en forme de rectangle.

Les deux plus brillantes étoiles de la constellation sont Pollux et Castor. Cette dernière est en fait un système de trois étoiles tandis que Pollux est une géante.

On trouve également dans les Gémeaux, un bel amas ouvert. Messier 35 est situé près du coin supérieur droit du grand rectangle céleste.

Le Cancer

Situé non loin des Gémeaux, brille la petite constellation du Cancer. Un genre de lettre Y inversé, formé de quatre étoiles, semble être la forme principale du Cancer. Ces étoiles sont de faible brillance.

On trouve dans cette constellation un magnifique amas ouvert appelé la Ruche par les astronomes, soit Messier 44. Il est observable aux jumelles ou au télescope. Messier 67, un autre amas ouvert, fait également partie du Cancer.

Les Chiens De Chasse

On trouve sous la Grande Ourse, la pâle constellation des Chiens De Chasse dont l’étoile principale a pour nom Cor Caroli (voir la Grande Ourse).

Les Chiens De Chasse contiennent de nombreuses galaxies lointaines de dimensions et de formes variées comme par exemple, Messier 51, laquelle est une très belle galaxie spirale.

La Chevelure De Bérénice

La Chevelure De Bérénice se trouve entre les Chiens De Chasse et la Vierge.

L’astronome Thycho Brahé ne se doutait pas qu’à la suite de sa découverte de cette constellation, il avait ainsi délimité l’emplacement d’un véritable nid de lointaines galaxies.

CONCLUSION

Depuis que l’homme existe, la contemplation du ciel étoilé a toujours été d’un très grand charme à l’oeil nu.

Pour vous qui levez parfois les yeux vers la splendeur du ciel étoilé, l’observation des étoiles vous facilitera la compréhension des mouvements de la Terre et de la Lune.

De plus, quand les constellations vous seront devenues familières, vous discernerez sans peine les planètes semblant se déplacer devant elles. Après quelques soirées d’entraînement, vous lirez sur la voûte céleste comme sur une mappemonde terrestre.

L’observation et l’identification des constellations ne sont-elles pas un loisir tout à fait enrichissant et passionnant?

AUTRES CONSTELLATIONS

De nombreuses autres constellations sont aussi visibles par ciel clair. A l’aide du cherche-étoiles et des coordonnées déjà présentées dans cet ouvrage, il sera aisé de les repérer.

Table des matières

Français Abréviation Latin
Les constellations circumpolaires
La Grande Ourse UMa Ursa Major
La Petite Ourse UMi Ursa Minor
Le Dragon Dra Draco
Cassiopée Cas Cassiopeia
Céphée Cep Cepheus
La Girafe Cam Camelopardalis
Le Lynx Lyn Lynx
Les constellations du printemps
Le Bouvier Boo Bootes
Le Lion Leo Leo
Le Petit Lion Lmi Leo Minor
La Vierge Vir Virgo
Les constellations d’été
La Lyre Lyr Lyra
Le Cygne Cyg Cygnus
L’Aigle Aql Aquila
Le Petit Renard Vul Vulpecula
Le Lézard Lac Lacerta
La Flèche Sge Sagitta
Hercule Her Hercules
La Couronne Boréale CrB Corona Borealis
Les constellations d’automne
Pégase Peg Pegasus
Andromède And Andromeda
Persée Per Perseus
Le Triangle Tri Triangulum
Le Bélier Ari Aries
Les constellations d’hiver
Le Cocher Aur Auriga
Les Gémeaux Gem Gemini
Le Cancer Cnc Cancer
Les chiens de Chasse CVn Canes Venatici
La Chevelure de Bérénice Com Coma Berenices

Faites-nous part de vos commentaires.

Copyright ©; Il vous est cependant permis d’inclure dans vos propres documents des liens vers ceux-ci.

Les liens et documents présentés sur nos pages sont faits avec autorisation.