Étoiles variables

Introduction

Ceci fait suite au AstroInfo été 2009, dans lequel j’invitais les amateurs à ajouter une touche scientifique à leurs observations, soit l’étude de l’évolution de la luminosité d’étoiles variables. Dans les pages qui suivent, je suggère quelques variables faciles à observer soit à l’œil nu, aux jumelles ou avec un télescope de petit diamètre. Aussi, il est possible de faire ces observations en présence d’une certaine quantité de pollution lumineuse, c’est donc dire qu’elles sont accessibles à un grand nombre.

L’American Association of Variable Star Observers (AAVSO) a une application ayant pour nom Variable Star Plotter capable de générer des cartes pour des milliers de variables, sur lesquelles est indiqué la luminosité de plusieurs étoiles de références reconnues comme étant stables. La magnitude de ces étoiles est marquée sans utiliser le point décimal afin d’éviter la confusion avec les étoiles sur la carte. Ainsi, par exemple, 55 signifie une magnitude de 5.5, 85 de 8.5, 112 de 11.2 etc … Toutes les cartes utilisées dans cet articles ont été générées à partir du site de l’AAVSO (à qui appartient le copyright). Il y a deux types de cartes, soit celles générées soit à partir d’une base de données, l’autre sous forme de photos négatives à partir du Digital Sky Survey (DSS). Dépendant de l’ampleur de la variation, plusieurs cartes peuvent être utilisées pour suivre la variable tout au long de son cycle.

Lorsque la variable est plus lumineuse, on utilise une carte qui montre une plus grande surface du ciel, et inversement lorsqu’elle devient faible. En fait, dans le cas de celles visibles à l’œil nu ou aux jumelles, ce sont les figures des constellations qui sont montrées sur les cartes. Mais, à mesure que la magnitude diminue, la résolution des cartes augmente afin de montrer des étoiles de comparaison de plus en plus faible, jusqu’à atteindre la limite observable avec instrument de 14 po ou plus. Il est suggérer d’imprimer ces cartes pour usage lors de l’observation

Souvent j’utilise des photos de constellations que j’ai pris au cours des années pour localiser une variable donnée. Plusieurs d’entre vous possédez aussi de telles photos, je vous invite à les regarder à la loupe afin d’y identifier les variables possibles, ce qui ajouterait de la valeur à vos images.

J’ai mis plus de détails qu’il n’en faut à un habitué pour trouver ces variables. J’espère que cela va inciter des débutant à s’essayer, les premiers pas de ce genre pourraient mener à une exploration plus approfondie du ciel.

Méthode pour l’observation visuelle

Il s’agit de comparer visuellement la magnitude d’une variable en comparant sa luminosité à celle de d’autres étoiles dont la luminosité est connue et stable. Sur une carte appropriée, trouver une étoile de référence qui est juste un peu plus lumineuse que la variable, puis une autre qui l’est juste un peu moins. Mettre les étoiles un peu hors foyer peut aider à estimer la différence de magnitude. Aussi, on obtient un estimé plus précis en mettant les étoiles à une distance similaire du centre du champs de vision, ce qui minimise l’erreur due au vignetting. Estimez le mieux possible la fraction de la distance en luminosité entre les deux références où se trouve la variable. Par exemple, supposons des étoiles de références ayant une magnitude de 5.5 et 6.2 respectivement, et que vous estimez la variable comme étant à 1/3 de la distance à partir de celle de 5.5, la variable serait alors à 5.5 + 0.33(6.2 – 5.5) = 5.5 + 0.33(0,7) = 5.5 + 0.23 = 5.73 , qu’on arrondit à 5.7.

Méthode avec une caméra DSLR ou CCD

Le principe est semblable à la méthode visuelle, à la différence que la mesure est faite électroniquement, ce qui est plus précis que l’œil et aussi moins sujet à interprétation comme peuvent l’être parfois les humains. La plupart des logiciels de traitement d’images astronomiques ont une fonction pour mesurer la luminosité des étoiles, par comparaison ou encore par une lecture absolue. Mais, il faut faire expérimenter avec divers temps d’exposition afin de ne pas saturer les étoiles d’intérêt, car alors la lecture serait nécessairement fausse.

Pour un guide complet en français sur la photométrie CCD, suivre le lien suivant: https://www.aavso.org/ccd-photometry-guide

Variables proposées :

La liste qui suit suggère un certain nombre de variables à observer. Chacune est identifiée par son nom en français, avec entre parenthèses l’appellation officielle de l’AAVSO. Suit une note concernant les moyens suggérés pour son observation.

Chi du Cygne (Chi Cyg), observation à l’œil nu, télescope ou par photographie

Z de la grande ourse

R d’andromède

Rz de cassiopé

Eplison du Cocher

R de l’Écu

Rapports d’observation :

Chaque fois que vous observez une variable, en plus de la luminosité et la date, entrez toutes les données afférentes comme montré dans le tableau suivant, intitulé Rapport d’Étoiles Variables. Utiliser une copie de ce tableau pour chaque variable. On peut le télécharger et imprimer en cliquant ici . Je suggère qu’on me retourne ces rapports (fichier.XLS) par courriel une fois par saison, je vais en faire la compilation et publier le résultat sur cette page.