Observation d’éclipse solaire

AVIS IMPORTANT! Ne jamais regarder directement une éclipse solaire sans d’abord utiliser la protection visuelle adéquate d’une lunette conforme à la norme ISO 12312-2 : 2015.

Pour plus de détails, nous vous prions de lire ce qui suit :

La FAAQ désire vous sensibiliser à l’importance de l’observation sécuritaire des phénomènes célestes et  des dangers irréversibles à votre acuité visuelle que représente l’observation directe d’une éclipse sans appareil de protection ou des dangers de l’utilisation de simples lunettes fumées « anti UV et IR » pouvant irrémédiablement endommager la rétine de vos yeux.

Les radiations solaires atteignant la Terre s’étendent selon un spectre allant des rayonnements ultraviolets (UV), dont les longueurs d’onde excèdent 290 nm (nanomètres), aux ondes radio dont les longueurs d’onde sont de l’ordre du mètre. Les tissus de l’œil transmettent une part substantielle des rayonnements dont les longueurs d’onde vont de 380 à 1 400 nm.  La rétine est composée de cellules photoréceptrices, les cônes et les bâtonnets logés au fond de l’œil. 

La rétine est une fine membrane tapissant le globe oculaire. Par analogie avec un appareil photo, elle est en quelque sorte la « pellicule » de l’œil, chargée de capter les rayons lumineux pour les transmettre au système nerveux central. D’une épaisseur comprise entre 0,1 et 0,4 mm, elle est constituée de 10 couches : quatre de cellules photoréceptrices à l’extérieur et six de cellules nerveuses à l’intérieur. 

La rétine est divisée en deux grandes zones :

•           la rétine centrale, située au centre, comprend la macula et la fovéa. De 5 à 6 millimètres de diamètre, elle est constituée de cellules photoréceptrices appelées cônes, spécialisées dans l’interprétation des formes et des couleurs en vision diurne. On en dénombre environ 7 millions ;

•           la rétine périphérique, qui s’étend sur environ 17 millimètres, est plus particulièrement constituée de bâtonnets, les cellules chargées d’analyser la luminosité. Au nombre de 110 à 130 millions, ils ne distinguent pas les couleurs, mais permettent la vision de nuit.

Le danger d’observer directement une éclipse solaire est celui d’une “cécité induite” ou brûlure de la rétine.  L’exposition au rayonnement solaire provoque des dommages majeurs aux cellules photoréceptrices des cônes et bâtonnets de la rétine. L’intensité lumineuse stimule une série de réactions chimiques complexes au cœur des cellules de l’œil qui endommagent leur capacité à réagir à tout nouveau stimulus optique et les détruit.  Le résultat en est un d’abaissement de l’acuité visuelle pouvant aller d’une cécité temporaire à permanente et définitive.

Regarder une éclipse sans protection appropriée entraîne des dommages photochimiques rétiniens qui s’accompagnent de lésions d’origine thermique : le niveau très élevé des rayonnements solaires ultraviolets et infrarouges induit un échauffement, localisé dans l’œil, qui “cuit” littéralement les tissus oculaires ainsi exposés. Ce dommage d’origine thermique ou photo coagulation détruit les bâtonnets et les cônes de la rétine, créant ainsi une zone de cécité.  La vitesse de ce phénomène est assez rapide et son effet est cumulatif.  Le risque pour la vue est d’autant plus important que les dommages rétiniens induits par la lumière se produisent sans sensation concomitante de douleur (la rétine est dépourvue de récepteurs de la douleur) : les effets sur la vue ne deviennent souvent perceptibles que de nombreuses heures après l’accident. Le danger encouru est la cécité.

Pour une observation sécuritaire du phénomène d’une éclipse, une protection des yeux est nécessaire et une lunette spécialisée employée doit être conforme à la norme ISO 12312-2 :2015.

Des verres de soudeur à l’arc n° 14 disponibles chez tout bon commerce sont un des filtres les plus accessibles et des plus sûrs pour une observation sécurisée du Soleil. Une feuille de mylar aluminé constitue un autre accessoire tout aussi efficace pour l’observation du Soleil.  À la différence des verres de soudeur, le mylar peut être découpé et adapté à tout instrument d’observation.

Bien à vous et bonne observation sécuritaire!

%d blogueurs aiment cette page :