Colloque Astrophotographie – Programme 2021

Programme

Toutes les présentations sont d’une durée de 45 minutes suivie de 15 minutes de questions et commentaires

Samedi le 27 novembre 2021
DébutDuréeSujetConférencier
13h0010 min.Connexion sur Zoom pour tous les participants
13h105 min.Mot de bienvenueRobert Saint-Jean
13h1560 min.Photo à grand champ, Script PixInsight et l’avenir des APN ReflexLuc Bellavance
14h1560 min.L’unité WIFI ASIAIR, un bon remplacement à l’ordinateur portable?Louis Roy
15h1515 min.Pause
15h3060 min.Le projet Sol’Ex / Star’Ex : Une autre façon de voir le Soleil et les étoilesChristian Buil
16h3060 min.Des planètes au ciel profond: l’astrophotographie en poses courtesDaniel Borcard
17h30Conclusion de la première partie du ColloqueRobert Saint-Jean
Dimanche le 28 novembre 2021
DébutDuréeSujetConférencier
13h0010 min.Connexion sur Zoom pour tous les participants
13h105 min.Mot de bienvenueRobert Saint-Jean
13h1560 min.La détection des étoiles filantes grâce à l’utilisation de caméras à faible coûtMichel Saint-Laurent
14h1560 min.Comment j’ai fabriqué une APODMartin Dufour
15h1515 min.Pause
15h3060 min.Sous un ‘’Cielmonchili’’, à l’année !Patrick Dufour
16h3015 min.Mot de la fin, commentaires des participantsRobert Saint-Jean
16h45Fin du Colloque Astrophotographie 2021

Titre, résumé des présentations et biographie


Luc Bellavance Samedi 13h15

Titre : Photo grand champs, Script PixInsight et l’avenir des APN Reflex

Résumé :

• APN Reflex – La fin d’un règne?

• Module de script dans PixInsight

• Photographie grand angle avec caméra CCD et objectifs photos

Biographie : Membre du Club d’Astronomie de Rimouski depuis 1982 et astrophotographe depuis le milieu des années 80, il aime particulièrement le traitement des images et les logiciels qui s’y rattachent. L’observation au télescope occupe aussi une partie de ses soirées à son observatoire dans la région de Rimouski.


Louis Roy Samedi 14h15

Titre : L’unité WIFI ASIAIR, un bon remplacement à l’ordinateur portable?

Résumé : L’ASIAIR est un module de contrôle d’astrophotographie WIFI qui permet toutes les
fonctionnalités essentielles à l’imagerie du ciel profond, telles que le contrôle de i) la
caméra principale et secondaire, ii) de la monture équatoriale, iii) du module de mise au
point, iv) de la roulette à filtres, v) du guidage, etc., le tout grâce à l’application intuitive
(iPhone/iPad) qui l’accompagne. Cette présentation fera un tour rapide des différentes
fonctionnalités du ASIAIR, son installation et son fonctionnement (avec un exemple) et se
terminera sur les avantages et désavantages du module.

Biographie : Louis Roy, astronome amateur, fait ses débuts en 1996 en observant le ciel avec un bon vieux télescope Dobson Odyssey rouge. En 2010, il s’équipe d’un Celestron CF11 avec la monture CGEM pour éventuellement faire de l’astrophotographie, mais c’est toujours l’observation avec des amis qui le passionne. Ce n’est qu’en 2019 qu’il s’équipe pour l’astrophotographie sur les conseils de jeunes astrophotographes travaillant chez Astronomy Plus. Louis s’est équipé dès ses débuts, il y a un peu moins de deux ans, d’une caméra ZWO (ASI294 MC Pro) et de l’unité de contrôle ASIAIR; équipement assez modeste considérant ce que l’on peut trouver sur le marché, mais très convivial et intuitif pour le débutant.


Christian Buil Samedi 15h15

Titre : Le projet Sol’Ex / Star’Ex : Une autre façon de voir le Soleil et les étoiles

Résumé : L’origine du projet Sol’Ex (Solar Explorer) et la motivation seront exposés. Sol’Ex est un
instrument très compact permettant d’observer avec des lunettes de petite taille la surface
solaire dans la lumière des raies de l’hydrogène, du calcium, de l’hélium… Une large partie
de l’instrument repose sur la technique de l’immersion 3D. Je présenterai les principes de
conception, les performances et des résultats. Je partagerai aussi le retour d’expérience du
mode de diffusion de ce projet. Une partie sera consacrée à Star’Ex (Star Explorer), qui est
une des façons qui s’offrent aux amateurs pour aborder la spectrographie stellaire de pointe
à petit prix.

Biographie : M. Buil a débuté en astronomie amateure en 1972.

En 1984, il est le premier amateur à produire l’image d’un objet astronomique à l’aide d’un capteur CCD.

En 1987, il fonde l’Association des utilisateurs de détecteurs électroniques (AUDE) qui fait la promotion de l’observation du ciel avec des capteurs électroniques.

Entre 1989 et 1998, il découvre les astéroïdes 7718 Desnoux, 10222 Klotz, 12042 Lacques, 1997 EQ30 et 1997UW10. L’astéroïde 6820 Buil porte son nom pour honorer sa contribution au développement de capteurs CCD pour les astronomes amateurs.

En 1990 il publie le livre CCD Astronomy (1990, Willmann-Bell editor)

En 2006, il est le premier amateur à observer une exoplanète par la méthode des vitesses radiales.

En 2007, il contribue au développement des premiers spectrographes de Shelyak Instruments.

En 2017, il est le premier amateur à mesurer le champ magnétique d’une étoile par spectropolarimétrie.

Il est également l’auteur du logiciel de traitement des images astronomiques IRIS ainsi que de ISIS, une application de traitement des données spectrales.

Depuis 2018, il est membre honoraire de l’Union Astronomique Internationale (UAI).


Daniel Borcard Samedi 16h15

Titre : Des planètes au ciel profond: l’astrophotographie en poses courtes

Résumé : En imagerie planétaire, on se sert de caméras vidéo pour prendre des milliers d’images en
poses très courtes (de 1 à 50 millisecondes en général) afin de les trier et de retenir celles
qui sont le moins affectées par la turbulence. Cela permet de « battre le seeing », c’est-à-dire
d’obtenir une image finale (après empilement et traitement) plus détaillée et moins bruitée
que si on prenait quelques poses uniques. La clé ici est de prendre des poses assez courtes
pour figer la turbulence. Or, depuis quelques années, des astrophotographes travaillent à
transposer cette approche au ciel profond. Cela implique des compromis, notamment sur le
temps de pose, et la technique ne peut pas être appliquée à n’importe quelle cible.
Mon exposé a pour but (1) de rappeler les principes généraux de l’imagerie du système
solaire, et (2) de montrer comment ces principes peuvent être adaptés à certaines
catégories d’objets du ciel profond. Il sera question d’optique, de caméras, de prise de vues
et de traitement (à l’aide de logiciels gratuits), avec des exemples issus de mes premières
expériences dans ce domaine tout jeune.

Biographie : Passionné d’astronomie depuis l’enfance, j’ai fait mes premiers pas en astrophoto dans les années 1970 J .  L’avènement du numérique m’a fait reprendre cette activité en 2002. Depuis, j’ai réalisé des milliers d’images, du système solaire aux galaxies lointaines. Mes réalisations en imagerie du système solaire m’ont valu un prix annuel dans SkyNews à cinq reprises. J’ai donné une dizaine de conférences aux colloques d’astrophotographie de la FAAQ depuis 2004 et plusieurs autres ailleurs. Du côté du ciel profond, j’ai réalisé toutes mes images par la technique classique des poses longues, jusqu’à cet été. Mais ça change… la suite vous sera présentée dans cet exposé!


Michel Saint-Laurent Dimanche 13h15

Titre : La détection des étoiles filantes grâce à l’utilisation de caméras à faible coût

Résumé : Chaque jour, on estime qu’entre 50 à 100 tonnes de matériel extraterrestre tombent sur la
Terre. Ce bombardement provoque ce qu’on appelle les étoiles filantes. Découvrez
comment et pourquoi les amateurs peuvent participer avec les astronomes professionnels
afin de détecter ces débris qui illuminent notre ciel. Cette présentation vous apprendra
comment le réseau mondial Global Meteor Network rend facilement accessible aux
amateurs l’installation de caméras de détection à faibles coûts. Lors de cette présentation,
vous découvrirez en quoi consiste une station de détection et quels sont les résultats et
plaisirs que vous pourrez en tirer.

Biographie : Michel a découvert l’astronomie dès l’âge de 6 ans dans les années soixante grâce à la course à la Lune. Depuis fasciné par l’espace, il a exploré au fil des ans plusieurs facettes de l’astronomie amateur. Fasciné par l’observation visuelle des planètes et des nébuleuses, il s’adonne également à l’astrophotographie.  De plus, depuis 2010, la détection des étoiles filantes grâce à des caméras ultra-sensibles fait partie de ses nombreuses passions astronomiques.


Martin Dufour Dimanche 14h15

Titre : Comment j’ai fabriqué une APOD

Résumé : M13, probablement la cible de prédilection pour débuter. Facile à capturer car elle est très
lumineuse, elle comporte pourtant tout un lot de défis pour en arriver à un résultat final
intéressant. Depuis 2011, à chaque année je la capture encore et encore. Jusqu’en mai
dernier ou fort de mon expérience des 10 dernières années, j’ai décidé de créer ce que
j’avais appelé à l’époque une M13 de qualité mondiale. C’est du moins ce que j’avais dit à
mon ami Hugues Berger pendant que je la capturais. Après 14 heures d’intégration, je me
suis assis devant mon ordinateur avec un souci de créer quelques choses à mon goût.
Comme à l’habitude, je l’ai posté sur notre groupe Facebook mais cette fois-ci, je l’ai aussi
transmise par courriel à Jerry T. Bonnel qui travaille à la NASA. Trois jours plus tard, je
recevais un courriel de la NASA… Mon objectif est de de vous démontrer la démarche de A
à Z de cette fabuleuse aventure et je l’espère vous inspirer vous aussi pour créer à votre
tour une image d’une grande qualité !

Biographie : En 2010, j’ai acheté un télescope à mon fils, ce qui m’a amené à m’intéresser à l’astronomie. En parcourant les diverses publications sur internet je suis tombé, par hasard, sur des photos d’astrophotographes amateurs. Je n’en croyais pas mes yeux et je voulais moi aussi photographier des galaxies et des nébuleuses. La courbe d’apprentissage a été longue et fastidieuse mais j’ai rapidement obtenu de l’aide notamment des utilisateurs du nostalgique forum astro-quebec.com. De 2010 à 2021, j’ai amélioré ma technique, mes équipements et j’ai bâti 4 observatoires.   


Patrick Dufour Dimanche 15h15

Titre : Sous un ‘’Cielmonchili’’, à l’année !

Résumé : Du rêve à la réalité, l’installation d’un instrument astronomique avec usage en ‘remote’ est
maintenant accessible aux astronomes déterminés. Je vous ferai part de mon expérience
dans cette voie enrichissante, qui s’est avérée tellement gratifiante.

Biographie : Je bricolais déjà sur des instruments astronomiques à l’âge de 10 ans, toutes mes études ont été conditionnées par cela. Un de mes plus grands rêves a toujours été de découvrir le ciel austral sous l’un des meilleurs ciels. 40 ans plus tard, j’ai enfin pu le réaliser en janvier 2020 et d’avantage avec l’installation d’un ensemble d’instruments dédiés à l’astrophotographie de haut niveau dans l’un des meilleurs sites disponibles sous le ciel du Chili.

%d blogueurs aiment cette page :